Améliorer les performances de NFS

Voici quelques pistes pour améliorer les performances de NFS sous Linux (du moins en environnement peu chargé). On fera directement attention aux points suivants:

1. Performances réelles du serveur

Est-ce que les disques/contrôleurs qu’on utilise sont réellement plus
rapides que le réseau?
Des petits coups de “dd” et de “bonnie” nous le diront.

2. Vitesse du réseau

Est-ce que le réseau est capable de transférer les informations
rapidement entre les clients et le serveur? On utilisera pour cela un
protocole réseau minimaliste, comme FTP par exemple. Mais évidemment, on
pourrait probablement obtenir déjà des informations intéressantes avec
tout autre protocole. Si la vitesse de transfert est déjà mauvaise,
inutile d’aller plus loin.
De même, tracker les erreurs sur l’interface réseau (output d’ifconfig)
sur le client et le serveur est intéressant.

3. Résolution de noms

Si on voit apparaître des délais (freeze) particulièrement quand on
commence à accéder à la ressource réseau, il y a de fortes chances que
ce soit lié à la résolution de noms, du client ou du serveur (les deux
sont importants), et ce dans les deux sens.
Les outils suivants nous y aideront: “ping”, “dig” et “host”.

4. Configuration propre au protocole NFS

De nos jours, on veillera à utiliser NFSv3 au moins, et ce en TCP (et
non pas en UDP, pourtant par défaut sous Linux, à moins d’être sur un
réseau local vraiment “propre” et totalement dédié à NFS).
Pour vérifier cela, on fera des transferts par NFS, et on vérifiera
ensuite ce que l’output de “nfsstat” nous dit à propos de ce qui est
passé (on verra de cette façon la version de NFS réellement utilisée
ainsi que le transport TCP ou UDP, et des erreurs éventuelles).
Ensuite, en fonction du type de données transférées (petits fichiers,
gros fichiers accédés séquentiellement ou de manière aléatoire), on
jouera avec la taille des blocs (“rsize” et “wsize”, ainsi que “sync”,
“async”, etc…).

5. Gestion des locks

Pour garantir la validité des données lors de l’accès en écriture
simultané de plusieurs clients NFS, celui-ci utilise un “lock manager”.
Dans certains cas, ce “lock manager” ne fonctionne pas bien (problème de
communication entre implémentations, …) et peut sévèrement affecter
les performances. Dès lors, il faut être attentif à cela, surtout dans
les environnements hétérogènes (y compris entre les versions d’une
distribution GNU/Linux).

Partagez sur vos réseaux sociauxShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on Tumblr
Tumblr
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *